Il a ajouté, à l’ouverture, hier, d’un séminaire sur le thème "Cancer et environnement" que cette approche a permis à la Tunisie de réaliser des acquis importants en matière de prévention et de lutte contre les maladies cancéreuses, soulignant le souci de consolider ces réalisations à travers la promotion du programme national de lutte contre le cancer et la modernisation de l’infrastructure dans ce secteur.

Parmi ces acquis, le ministre a évoqué le centre des maladies cancéreuses à l’Ariana et les services régionaux des maladies cancéreuses à Jendouba, Gabès et Sfax.

Il a passé en revue les progrès relatifs à la prévention des facteurs de pollution à travers le renforcement des législations et mécanismes, notamment en matière de gestion des pesticides obsolètes et des produits chimiques, soulignant que l’expérience tunisienne avant-gardistes dans le domaine de la gestion rationnelle des déchets a permis à la Tunisie de piloter le programme africain relatif aux stocks de pesticides périmés (PASP).

Il a insisté sur l’intérêt accru accordé à la préservation du climat et de l’environnement ainsi qu’au renforcement des campagnes de lutte contre le tabac et de sensibilisation à l’importance d’observer une hygiène de vie correcte.

M. Zenaïdi a mis l’accent, aussi, sur la politique nationale de prévention et de lutte contre les maladies chroniques, en particulier celles liées à la détérioration de l’environnement à travers la mise en place d’une structure adéquate qui s’est consolidée par le démarrage en 2008 des activités de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (OMNME).

Dr Habib Boujnah, président de l’Association tunisienne santé et environnement, a évoqué l’impact des progrès scientifiques et économiques sur la vie de l’homme dont le changement des modes de vie et des comportements alimentaires. Il a affirmé que selon les études scientifiques et les recherches de terrain, la pollution de l’environnement constitue le principal facteur d’émergence de maladies cancéreuses.

Partant de ce constat, il a mis l’accent sur l’importance de la protection et de la sauvegarde de l’environnement et leur contribution à la lutte contre les maladies du cancer et la réduction de leur propagation. Il a évoqué, à ce propos, le programme national sur la santé et l’environnement.

Lors des travaux, des médecins spécialistes et des experts en santé, environnement et nutrition de Tunisie et de France ont présenté des communications axées, notamment, sur les facteurs cancérigènes liés à l’environnement, la pollution atmosphérique, le tabagisme et l’alimentation.

L’Association santé et environnement, créée en 1996, a pour objectif d’identifier l’impact de certains facteurs environnementaux sur la santé, sensibiliser la population à l’importance d’un environnement sain et apporter son soutien à la lutte contre les risques de nuisance.